Page 94 sur 99

Posté : 02 juin 2010 21:10
par Oxyd
Au fait, merci à Samy de s'etre inquiété pour moi quand il m'a vu sur le coté :wink:

Posté : 02 juin 2010 21:18
par LeGilou
Bonjour d'Embrun,
Pour ma part, il s'agit de ma première TV et j'en suis revenu fracassé.
Physiquement et techniquement, il faut un gros niveau.Les descentes en particulier qui sont une succesion de marches et de cailloux dans tous les sens.Le surnom auquel je pense c'est "attention à la marche"...
Je suis parti du fin fonds de la deuxième vague mais dès le départ, je me suis vite extirpé du groupe afin d'éviter d'être coincé dans les 1ers passages difficiles.C'était une bonne idée sur ce point mais je l'ai payé vers le 50ème km où j'ai commencé à subir les descentes.3 otb violentes plus tard, j'ai compris qu'il valait mieux regarder mon vélo descendre à côté de moi.Pas de casse mais j'ai frolé la correctionnelle vu les notes artistiques obtenues lors de mes figures de style.
Le final dans le paillon est surprenant et incongru compte-tenu de ce que l'on a vécu auparavant.
La gestion de l'eau et de l'alimentation s'est faite correctement et il est vrai que lorsque j'ai vidé les 10 bouteilles d'eau au pont de Cros, je n'ai pas trop pensé aux suivants( mais fallait-il encore deviner qu'il n'y avait que quelques cartons dans le camion).
Sur le plan de l'ambiance et des moments délicats de doubler des concurrents ou de se faire doubler (par 2 dames notamment qui roulaient fort ou par des SR et même un SR en 29 pouces), j'ai trouvé un certain fair-play.
Voilà, pour conclure, je dois reconnaitre qu'il faut arriver à la TV avec un bon niveau d'entrainement et un bagage technique conséquent.

Bien à vous.

Posté : 02 juin 2010 21:34
par Mica
LeGilou a écrit :Bonjour d'Embrun,
Pour ma part, il s'agit de ma première TV et j'en suis revenu fracassé.
Physiquement et techniquement, il faut un gros niveau.Les descentes en particulier qui sont une succesion de marches et de cailloux dans tous les sens.Le surnom auquel je pense c'est "attention à la marche"...
Je suis parti du fin fonds de la deuxième vague mais dès le départ, je me suis vite extirpé du groupe afin d'éviter d'être coincé dans les 1ers passages difficiles.C'était une bonne idée sur ce point mais je l'ai payé vers le 50ème km où j'ai commencé à subir les descentes.3 otb violentes plus tard, j'ai compris qu'il valait mieux regarder mon vélo descendre à côté de moi.Pas de casse mais j'ai frolé la correctionnelle vu les notes artistiques obtenues lors de mes figures de style.
Le final dans le paillon est surprenant et incongru compte-tenu de ce que l'on a vécu auparavant.
La gestion de l'eau et de l'alimentation s'est faite correctement et il est vrai que lorsque j'ai vidé les 10 bouteilles d'eau au pont de Cros, je n'ai pas trop pensé aux suivants( mais fallait-il encore deviner qu'il n'y avait que quelques cartons dans le camion).
Sur le plan de l'ambiance et des moments délicats de doubler des concurrents ou de se faire doubler (par 2 dames notamment qui roulaient fort ou par des SR et même un SR en 29 pouces), j'ai trouvé un certain fair-play.
Voilà, pour conclure, je dois reconnaitre qu'il faut arriver à la TV avec un bon niveau d'entrainement et un bagage technique conséquent.

Bien à vous.


Bien dit LeGilou,
Pour ma part ce serait le même point de vu avec 4 grosses gamèles dont le 44 dents planté dans le tibia droit (seulement 9 dents) et un très très gros hématome sur ma cuisse gauche suite à une belle chute dans la descente de la Madonna, ma cuisse est encore le double aujourd'hui, mais j'ai fini.
Bref, je reste dans le coin pour quelques temps.

Posté : 02 juin 2010 21:42
par Séb@stien
Ouais ouais... ! On verra si tu diras ça quand le tracé aura changé ! :lol:

Posté : 02 juin 2010 21:50
par Mica
Séb@stien a écrit :Ouais ouais... ! On verra si tu diras ça quand le tracé aura changé ! :lol:


Nan nan nan, ce sera toujours des descentes de oufssssssssss, je début avec les Team Klairette. Première sortie en VTT solo le 1er janvier 2008 avec 2234. Le Team m'a tout appris.
Il faut encore que je progresse avec eux mais dans des lieux plus à mon niveau :banana: :banana: :banana: :banana:

Posté : 02 juin 2010 22:01
par Zaza
[te-tenu de ce que l'on a vécu auparavant.
L
Sur le plan de l'ambiance et des moments délicats de doubler des concurrents ou de se faire doubler (par 2 dames notamment qui roulaient fort ou par des SR et même un SR en 29 pouces), j'ai trouvé un certain fair-play.
Voilà, pour conclure, je dois reconnaitre qu'il faut arriver à la TV avec un bon niveau d'entrainement et un bagage technique conséquent.

Le semi rigide c'etait un Motobecane titane,il appartient a mon poto Philippe(appelé Gambas du a ses jambes de crevettes!)
il a mis 9h45 mais avoue avoir souffert de n'avoir pas mis une tige de selle suspendue :roll:

Posté : 02 juin 2010 22:03
par Séb@stien
@ Mica : Tu as de brillants professeurs avec toi ! Je ne doute pas qu'avec les progrès (déjà ton temps à la TV montre que tu as un bon niveau !) tu seras moins catégorique :twisted:

Bon rétablissement tout de même :wink:

Posté : 02 juin 2010 22:20
par Samy
Oxyd a écrit :Au fait, merci à Samy de s'etre inquiété pour moi quand il m'a vu sur le coté :wink:

De nada Oxyd et j'espère qu'on va rouler un bout ensemble d'ici peu. Bonne réparation à toi.

Posté : 02 juin 2010 23:22
par Oxyd
Samy a écrit :
Oxyd a écrit :Au fait, merci à Samy de s'etre inquiété pour moi quand il m'a vu sur le coté :wink:

De nada Oxyd et j'espère qu'on va rouler un bout ensemble d'ici peu. Bonne réparation à toi.


Avec plaisir, dès que je pourrai pédaler avec cette jambe droite :cry:

Posté : 02 juin 2010 23:24
par Samy
Nous y voilà, l'heure du CR a sonné! Je vais croire que seulement les Sam ont une tendance à prendre des photos ou alors c'est les Kern LT (j'dis cela car Samwell nous avait fait ce p'tit plaisir l'an passé).

Difficile de compte-rendu-isé un WE comme celui là tellement c'est dense. Cela démarre du coup par la motivation de se mettre dans ce "bordel" qu'est la TransVésubienne. Décision prise en fait en décembre 2009 avec du coup une préparation en conséquence pour pouvoir en profiter et se faire plaisir. C'est important de savoir pourquoi on y va... Perso, c'était un mélange d'envie VTT de se frotter à ce "mythe" mais aussi envie de se prouver quelque chose à soi même avant d'être trop vieux ou alors une sorte d'accomplissement de ma progression vélo de ses dernières années. Moi même je suis pas encore très sûr mais c'était suffisamment fort pour surpasser les manips logistiques, l'approche mercantile de l'UCC ou encore un bilan carbone catastrophique ;-) M'enfin, on est pas à son premier paradoxe.

L'hiver est rigoureux mais je roule quand même avec envie et c'est l'occasion de se taper des superbes sorties comme La Garoutade, La Chartreuse Ouest en enchainement ou encore le partage en famille d'une superbe semaine au Salagou. Je suis prêt physiquement et mentalement et zhou dans la voiture ce samedi 29 mai avec Riko et Fabrice. Un seul objectif en tête, être finisher en un seul morceau en profitant de ce grand WE au bout du monde (et oui, 5h de voiture plus les pauses pipi nombreuses car on est hydraté comme des oufs, plus les courses, plus Nice pour récupérer Florent, plus 1h15 pour saint-martin Vésubie, plus aller/retour Colmiane pour les plaques et le briefing). Ouf, on y est et énorme pasta party comme il faut à presque se faire mal au ventre.

Au passage à la Colmiane, on a quand même eu le plaisir de saluer tout un paquet de connaissances: Virgi, Kaillou, Manatane, Jip, SanFroc, npf, Yann, Draillou et j'en oublie c'est sûr :oops:

Le matin du grand jour, tout va très vite, réveil 5h, p'tit déj, voiture, préparation, du scotch pour le sac de Florent, ... on est à donf sur la montre. Pas le temps de terjiverser que les performers sont déjà en ligne dont Florent, Fabrice et Draillou en 2nd ligne que vous voyez tout content comme d'hab... Cela fait toujours plaisir à voir.
Image

Vu de derrière cela ne fait pas autant de monde que j'aurais imaginé. Je m'aperçois d'ailleurs en revoyant cette photo que j'ai roulé avec un paquet de ces riders plus tard. Dommage que certains n'aient pas joué le jeu d'être bien dans leur groupe de niveau ou alors l'organisation aurait dû gérer les portes horaires selon les dossards à mon avis.
Image

Go à 6h30 précise, à croire qu'ils n'avaient qu'une synchro de montre pour le chronométrage ;-) C'est mon tour. Je vais dans ma ligne et je trouve qu'ils sont partis vite mais raisonnables... pas de gamelle et cela laisse présager du meilleur.
Image

Les filles se mettent en tête. Même si le truc n'a pas plu à Virgi, j'ai bien aimé l'idée quand même de vous mettre à l'honneur. Vous avez du mérite (plus que les mecs) car vous devez en plus affronter la connerie masculine et les remarques bizarres déjà citées. Bravo à vous d'être là pour en profiter.
Image

J'en suis aussi de la bande des challengers et j'opte pour la tenue free ride en bas (pour les poches et mon confort habituel) et XC pour le haut car on va vite chauffer. Merci coach Flo pour la description XC descendant ;-) Je suis excité et concentré et je me répète quelques règles personnels: prudence, pas démarrer trop vite, fair play, faut le temps de se chauffer, ...
Image

Je ne sais pas ce que se dit Phil 15 minutes plus tard mais il est drôlement concentré!
Image

Go, on part à l'heure ou presque. Les chicanes se passent courtoisement et on attaque la montée raide vers le sommet de la Colmiane. Le sol est mouillé, cela colle et le démarrage de l'effort est immédiat. Je suis assez vite dans le 1er tier de la vague et cela roule sans jouer des coudes. On a de la place. Au sommet et avant la traversée balcon montant, je prends le temps de regarder le paysage et c'est beau. Les vallées sont encaissées, la neige au loin et la météo qui semble aller vers le grand beau mais légèrement voilée (pas plus mal coté température). On est en pleine nature, c'est sauvage et je garde en tête qu'il faut être en autonomie le plus possible même s'il y a d'autres riders et des téléphones portables.
Image

Les balcons sont superbes et le sentier de montagne comme promis. Cela roule pour le moment ;-)
Image

1h de course et pas eu de phénomène bouchon de mon coté. C'est vraiment très raisonnable. D'ailleurs, on rattrape déjà les derniers performers
Image

Le sol n'est pas évident à gérer dans les traversées et je ne roule pas très vite. En dessous de ce que j'avais pu imaginer. Heureusement le soleil arrive et on en prends plein les mirettes.
Image

Le sentier est superbe et c'est dingue un tel parcours de crête en si petit chemin sur si long. Vraiment pas déçu du topo.
Image

On aperçois le mythique Brec d'Utelle et je file du coup vers mon premier ravito.
Image

Je prends le temps de manger, twitter et boire. 5 minutes de pause. La descente est racineuse, pierreuse mais c'est un régal de pilotage. Beaucoup sont déjà en vrac et pestent contre les marches. Je suis content de mon petit niveau qui me permet de passer 95% du temps des descentes en me faisant plaisir.

Voilà le Brec et au début du portage un mec est tombé dans le vide sans raison! Il est aidé par des riders et les secours s'organisent. Il a des gros bobos mais arrivent à se remonter apparemment. Putain, il a eu chaud! Il sera hélitreuillé un peu plus tard. Un rappel et avertissement qu'on est vraiment en montagne et dans un sentier qui demande de la vigilance à tout instant même dans une section très large et sans difficultée apparente.
Image

La montée du Brec se fait en moins de 5 minutes. Presque décevant ;-) Mais derrière, il a fallut faire la queue en plus en voyant cette photo récup sur le net à posteriori !!! Je comprends les commentaires à propos des bouchons mais rien vu de cela de mon coté.
Image

Sommet du Brec, je prends le temps d'admirer car je sais que je ne vais pas revenir de si tôt. Un p'tit groupe arrive
Image

On voit assez loin et on imagine toutes ces vallées escarpées.
Image

Le p'tit groupe passe, mon vélo fait la pause pipi, il est 9h26 et on a fait 23km en gros !!! Cela va être long c'est sûr et j'avance beaucoup moins vite que mon plan de vole. Je ne m'affole pas et je continue à mon rythme.
Image

Miam, cette descente s'annonce bonne aussi et faire toujours gaffe au vide. Pas de honte à poser un pied si un doute.
Image

Cela file et je m'arrête peu en fait. Seulement ravito et les changements de hauteur de selle parfois ponctuées d'une photo. L'attention est tellement grande que j'en oublis certainement de boire suffisamment. Un bénéfice comme une erreur comme on le verra plus tard. A Utelle, encore un mec dans le ravin et il est tombé très lourdement et bas! Les pompiers sont là et hélitreuillage pour lui aussi. Cela ne m'affole pas. L'accident peut arriver et je redouble de vigilance sans sur-estimer mes forces. Heureusement que 2 cas graves sur les 900 concurrents ou un peu moins. C'est quand même un peu fou ce sentier... Je le savais mais cela prends tout son sens.

Voilà la Madonne avec aussi le début des gros portages. Ravito 2 pour 12 minutes d'arrêts. Je bois, je mange déjà salé et je twitte ;-) Je sais que la famille attends de mes nouvelles et je pense à eux qui m'ont laissé vivre mon rêve de TransVé. J'ai vraiment forcé la dose de sorties et mon entourage a été plus que supportive de mon aventure. Merci à eux au passage :-D
Image

La descente de la Madonne est super dure. J'évite le start et je suis en fait sur le vélo là ou pas mal de monde est à pieds. Je suis bien content de ma progression technique des derniers mois! Dans la forêt plus bas, ma roue avant file sur une racine et j'OTBise presque propre. Je cogne le genoux gauche et bosse à l'intérieur du droit. 1 minute de récup, cela fait mal mais en repartant et avec le pédalage cela se cache vite. Ouf.

Voilà encore un beau sentier avec un gars que j'ai souvent doublé en montée du groupe des performers et inversement dans les descentes.
Image

On file vers Pont de Cros ou l'eau nous attends pour remplir la poche à flotte... Ou pas. C'est vraiment une descente de malade. Toujours 95% sur le vélo et cela trialise, tabasse dans les marches et pilotage à tous les étages!
Image

Je roule un morceau avec Jean-Louis de Grenoble. On se régale sans se stresser. Globalement, les gens sont correctes. Ok, y'a quelques énervés et tu laisses passer et puis voilà. Perso c'était toujours un p'tit merci ou je vais passer à gauche et hop tout le monde est content. Arrivée à Pont de Cros je sais que tout commence là... Je me pose et bois un grand coup dans mon camel. Je commence à sentir que j'ai oublié de bien m'hydrater. Je vais pour remplir et les dernières bouteilles viennent de partir :-( Je préviens un bénévole pour prévenir l'organisation et prendre des contre-mesures mais ils s'en foutent clairement. C'était rattrapable à la déchèterie à mon avis. Bref, passons et j'ai la chance d'avoir pris un sac de 3l même si Fabrice et Flo se moquaient un peu du contenu et la taille de mon sac. Autonomie les gars ;-)

8 minutes d'arrêt à se reposer et m'alimenter avec mes vivres perso (encore une bonne idée). Et j'attaque LE portage du jour. Je fini mon camel doucement en portant et j'ai la chance de demander à boire à un spectateur revendeur Sunn qui est avec un copain qui en a un aussi violet. Déconnade sur le fait qu'on est que 2 en France à avoir un LT en violet même si j'en connais déjà 2 à Grenoble. Bref, sympathie de la marque, me voilà avec de nouveau 40cl dans le camel d'eau pétillante. Mais trop tard, les crampes arrivent. Mes jambes se coincent et je tombe quasiment. Je suis au-dessus de la déchèterie et je tire sur les jambes sous les pins pendant 10 minutes. Encore un peu de portage et me voilà sur la piste en pédalage souple pour éviter les re-départs de crampes sur les cuisses et ischios, surtout coté gauche (il parait que le fait de descendre et monter du vélo si souvent peut créer cela + le manque d'eau au début). Du coup, plus de photos et je me concentre sur l'efficacité musculaire ;-)

C'est cool je peux profiter des descentes et bizarrement cela ne crampe pas. Voilà le ravito de Levens ou j'arrive avec 15 minutes d'avance sur la porte horaire. Aucun stress porte horaire bizarrement. Je mange, je bois, je remplis le camel, 2 pastilles d'isotonique dedans, je twitte et redécollage 11 minutes après. Les bossent deviennent de plus en plus courtes et les descentes de plus en plus roulantes voir même super ludiques. On est 2 ou 3 dans le même rythme dont un Grenoblois, Antoine, pas sur GreVTT 8-) On papote dans les montées et descente en mode plaisir.

Voilà la porte horaire finale que je passe à 16h10. Tout le monde se congratulent presque et on prends le temps de manger, discuter, boire... et twitter ;-) Résultat, 20 minutes de pause pour repartir presque en pleine forme. Je motive Npf pour ne pas lâcher même s'il est par terre à essayer de virer les crampes. Je le verrai heureusement à l'arrivée. Je dis aux autres avec moi faut rester concentrer. On va voir Nice si on continue propre.
Image

Ce morceau est un régal avec encore des sections super techniques et des dents de requins ou lames de couteaux partout sur le chemin. Cela secoue et incroyable, toujours pas de crevaison ou casse. Je suis super content de mes pneus et de mon vélo. On s'amuse dans la végétation, le chemin tournicote et se fait plus fin encore. En suivant un local avec Antoine, on se paye même le luxe de se tromper de chemin mais il était super bien ;-) Des marcheurs nous disent que c'est plus haut. Je check sur le GPS et hop on remonte de 400m linéaire pour retrouver la trace. Ouf encore.

Petits passages dans des escaliers, maisonnettes, 200m de route et hop c'est la jungle. Gros départ bien raide bien riant et nous voilà dans la ville dans la rivière paillon. On sait qu'on va y mettre les pieds alors on y va franco. Des fois cela passe sur le vélo, des fois non et flotte jusqu'à mi-mollet. C'est un peu crade genre urbain dans le lit de la rivière mais pas plus que cela je trouve. Le contraste avec la pleine nature 4 minutes avant est saisissant mais je m'attendais vraiment à pire d'après les récits de l'an passé.
Image

Dernière montée sur marches dans Nice. J'ai la pêche même si les crampes sont régulièrement là. J'entends le speaker et je me mets à pédaler comme un gamin à fond. Je double quelques concurrents et c'est l'aire d'arrivée. Gros dérapage comme avec les enfants en faisant un S par terre comme Samy !!! Je saute du vélo et je me mets à crier en levant le vélo en l'air. Des spectateurs sourient et j'ai du coup le droit à un interview au micro. Bla bla bla. Je retrouve Fabrice, Florent, Jip, Sanfroc, Yann, Riko, .... et les autres qui arrivent. On est content. S'est fait. P'tite photo du sticker convoité mais tellement futile.
Image

Le V de la victoire sur soi même et la chance d'avoir été l'espace d'un WE hors du temps complètement focalisé sur une folie humaine. Pédaler, marcher, porter pendant 11h22 volontairement. A coté de moi un mec se roule par terre de douleur des crampes. J'apprendrai que 24h après il était encore à l'hôpital avec la douleur ! Incroyable la volonté humaine...
Image

Quelques photos le long du parcours par Art Reflex. Ceci n'est pas de la pub, je n'ai pas d'action mais cela peut intéresser d'autres concurrents. Suffit de mettre son numéro de plaque.
Image

Et dernière photo pour parler de la logistique. 7h de bagnole pour l'aller et je me glisse dans une navette bus à 19h30 le dimanche pour remonter chercher la voiture. Phil va s'en souvenir de cette navette, enfin surtout son sac (private joke et vous lui demanderez pourquoi). Je redescends à Nice chercher Riko et Fab qui sont avec les vélos. Le sommet africain bloque la ville et s'est compliqué de circuler car la voie Matis est fermée. Du coup inextremis, on trouve un McDo pour manger à 23h55 et on va se coucher à 1h30 à Saint Martin Vésubie. Et hop 7h dans l'autre sens le lendemain en contant les pauses bien sûr. Bref, la logistique fait aussi partie de la préparation de la TransVé et nous l'avions un peu négligé on va dire...
Image

Merci aussi à Le Gnoux que je vois 2 fois sur le parcours au bord du chemin. Il était forfait sur blessure mais est venu nous apporter ses encouragements. Vraiment sympa et agréable d'entendre un aller Sam en pleine montagne ;-) Merci à toi Cyril.

Voilà ma longue histoire. A effort exceptionnel, récit exceptionnellement long. Je m'étais entrainé et j'était venu pour m'amuser et j'en ai effectivement super bien profité. A part le problème d'eau et l'histoire du monde pour les plus en arrière, l'organisation est quand même pas mal même si le prix d'engagement est dans la fourchette haute.

J'ai oublié certainement plein de trucs mais c'est pas grave. En guise de conclusion, j'ai réussit à finir sans casse, je me suis amuser, j'ai passé de bons moments avec plein de monde et je reviens fatigué mais avec la satisfaction d'un accomplissement personnel. J'ai une pensée pour les non finishers qui veulent déjà prendre leur revanche. Bravo à eux pour se réaligner sur la ligne un jour. Perso, je ne pense pas y retourner car cela représente trop d'investissement personnel et énergétique (sens propre et figuré) à mon sens. On a la chance un peu partout en France et en particulier à Grenoble d'avoir un terrain de jeu quasi infini à moins de 2h de route de chez nous, alors je vais continuer à en profiter :-D

Voilà, vivement la prochaine roulure... vous faites quoi Samedi ? ;-)